Le basculement

Classé dans : Pilotage | 0

Exercice de translation en hélicoptère R44 avec le Rotor Club Formation

TRANSLATION DANGEREUSE. Philippe Coffinet, pilote d’hélicoptère expérimenté, nous a envoyé une photo : « Après un renversement dynamique… Sommes en vie, merci ! » L’instructeur Stéphane Buy nous fait quelques rappels.

Article de Stéphane BUY, avec Philippe CONTENCIN paru dans Aviation et Pilote n°546 (Juillet 2019) est repris ici avec l’aimable autorisation de Jacques Callies – Photographies : Philippe Coffinet et Aviation & Pilote

Si j’avais connu un basculement, je ne serais peut-être pas là pour vous en parler. Ou alors, il m’aurait sans doute fallu beaucoup de chance. C’est celle que notre lecteur et ami Philippe Coffinet, de Vesoul, a eue en échappant, lui et sa fille, à l’incendie de leur hélicoptère Rotorway Exec 162 HDF, causé par le heurt du patin droit avec le sol lors d’un exercice de vol en translation latérale à moins d’un mètre du sol.

En fait, à y réfléchir, un tel accident aurait parfaitement pu m’arriver un jour si je n’avais pas bien appris mes leçons, et surtout profité de la formation que j’ai reçue de Michel Anglade, le « pape » de l’hélicoptère. Je me souviens parfaitement de ce jour-là, j’étais aux commandes d’une Alouette 2, il faisait chaud, nous étions assez proches de la masse maxi quand j’ai dû me poser en campagne parce que l’un de mes passagers avait mal au cœur. Sans prendre le temps de la réflexion, j’ai fait un arrêt rapide dans la précipitation, afin d’éviter les « dégâts », notamment sans vérifier le sens du vent.

Heureusement, comme je l’avais appris de Michel, j’étais parfaitement axé aux palonniers dans ma trajectoire et, lorsque j’ai touché le sol sans le vouloir par manque de portance du fait d’un vortex, mes patins étaient axés, ils ont glissé sur le sol aussi bien que l’auraient fait des skis sur la neige et, grâce à cela, mon Alouette 2 a ainsi évité le basculement en touchant la terre ferme.

L’accident de Vesoul, tel qu’il nous a été expliqué par Philippe, est assez exemplaire : une translation avec dérapage-sol trop bas, dans le but de profiter au maximum de l’effet de sol du fait de la faible motorisation de sa machine, un enfoncement inattendu suivi d’un heurt du patin droit ayant provoqué le basculement de la machine, puis une évacuation difficile et traumatisante de lui-même, puis de sa passagère assise à droite dans cet hélicoptère, donc coincée, alors qu’un incendie s’était déclaré.

Hélicoptère Rotorway Exec 162 HDF en feu après un basculement ou renversement
L’hélicoptère termine de brûler après l’évacuation de son propriétaire et de sa fille. Un traumatisme dont notre bon docteur espère que d’autres feront leur profit.

Les trois risques de basculement

Cette aventure qui s’est terminée par la destruction totale de l’hélico, sans perte humaine heureusement, m’incite à rappeler aux pilotes quelques notions fondamentales. Le danger des renversements (ou basculements) d’un hélicoptère se traduit par trois formes bien distinctes.

Le renversement dynamique

Imaginez qu’au moment de vouloir lever un hélicoptère, un patin reste coincé au sol. Le fait de sustenter l’appareil asymétriquement selon l’axe de roulis se traduit par un « effet charnière » autour dudit patin et l’hélicoptère se couche rapidement sur le côté. Cela risque, après avoir cassé les pales, de se terminer par un incendie. Le fait de ne pas prendre le temps de sonder le bon centrage latéral du cyclique peut également bloquer le patin et conduire au même « effet charnière » que si le patin était fixé au sol.

En fait, votre instructeur doit vous former à vous méfier de ce danger qui guette tout pilote trop pressé de décoller. En clair, s’il ne vous a pas donné la bonne technique de lever du pas collectif (pas à pas et jamais brutalement), la mise en stationnaire brutale peut devenir fatale.

Le risque de renversement est d’autant plus grand qu’il est mal connu et donc mal maîtrisé. L’angle critique du renversement dynamique est d’environ 15 degrés, ce qui est faible… En pratique, il suffira de ne jamais insister si la butée de commande cyclique est atteinte avant que le deuxième patin ne soit levé…

Le renversement statique

Beaucoup plus rare, il peut se produire en cas de tempête sur une machine à grande prise au vent (exemple : Dauphin parqué sur un tarmac ou… non arrimé sur un porte-avions). Rotor arrêté, un Robinson R22 bascule en statique au-delà d’un angle de 42 degrés. J’en parle donc pour la forme.

Le renversement par accident ou par faute de pilotage

Hélicoptère Rotorway Exec 162 HDF et son propriétaire, Philippe Coffinet
Le Rotorway de construction amateur, construit et décoré façon Saint-Exupéry avec amour par Philippe Coffinet.

Nous arrivons au cœur du sujet. La cause est le non-respect de la tenue de l’axe longitudinal en translation, sans dérapage-sol.

Une translation avec dérapage peut devenir fatale si l’un des patins vient à heurter le sol ou un autre obstacle, comme un caillou ou n’importe quoi. En effet, une translation latérale trop basse est à risque, car si une baisse de puissance survient, ou encore une baisse de portance due à un vent arrière ou variable, le basculement de l’hélicoptère est inévitable.

C’est la raison pour laquelle il est indispensable de garder les patins parallèles au défilement-sol, sans aucun dérapage afin de parer à une éventuelle perte de puissance. Dans ce cas, si le sol est lisse, tout au moins régulier, le poser reste possible sans basculement de l’appareil par une simple glissade dans l’axe.

Il est important d’apprendre aux élèves le réflexe « perte de puissance » car il est un gage de sécurité en cas de nécessité.

Les exercices de posé-glissé restent le meilleur entraînement à mon sens, car le geste devient une manœuvre réflexe : tangenter le sol dans l’axe du déplacement, en « rendant la main » vers l’avant tout en soutenant le pas collectif jusqu’à l’arrêt complet de l’hélicoptère. Il est donc essentiel de comprendre que translater trop bas est dangereux.

 

Posé en campagne axé en trajectoire :
le photographe ne risque rien, même en cas de déventement ou de panne moteur.
Sauf d’être bousculé !

Partagez ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *